Actualités

L’actualité des associations membres de l’ODSE.

Soins des étrangers-ères menacés = Santé en danger !

Dans le cadre des discussions du projet de loi de finances pour 2020, les associations AIDES, ARCAT, Bamesso et ses amis, Envie, Sidaction, TRT-5, Acceptess-T, Dessine-moi un mouton et Sol en si redoutent des coupes dans les dispositifs d’accès aux soins à destination des étrangers-ères sans papiers et des demandeurs-euses d’asile. Les associations - réunies lors du congrès de la Société Française de Lutte contre le Sida (SFLS) - se sont mobilisées ce matin pour dénoncer le risque d’une restriction de l’Aide Médicale d’Etat (AME) et rappeler que limiter l’accès aux soins des personnes étrangères, c’est les mettre en danger mais aussi fragiliser le système de santé publique et faire le jeu de l’épidémie de VIH.

Rendons les préfectures accessibles à toutes et tous !

Le 9 octobre 2019 pour la dignité et les droits des personnes étrangères : mobilisons-nous !

La plupart des préfectures d’Ile-de-France ont dématérialisé leurs services : pour déposer ou renouveler une demande de carte de séjour, les personnes étrangères ont désormais l’obligation de prendre rendez-vous par internet.

Nos associations, syndicats et collectifs appellent à des rassemblements
Mercredi 9 octobre 2019
A 10h devant le tribunal administratif de Montreuil
A 15h devant les Préfectures de Bobigny, Créteil, Nanterre et Evry

Quand tout bascule

Quand tout bascule, première campagne de La Cimade conçue de manière collective avec les personnes étrangères accompagnées dans nos permanences juridiques est lancée à l’occasion des 80 ans de l’association. Et si c’était vous ?

Prise de rendez-vous en préfecture pour les personnes étrangères impossible via internet, comment faire ?

Pour faire face aux difficultés de prise de rendez-vous par internet qui se développent dans la plupart des préfectures, voici un document regroupant un ensemble de conseils pratiques et juridiques pour y faire face.

Sans état d’AME ! Dix ans de travail de sape

De nouvelles attaques se profilent contre l’aide médicale d’Etat (AME), la couverture santé des personnes étrangères précaires sans droit au séjour, avec une probable nouvelle réforme du dispositif lors de l’examen du budget 2020. Seronet, site communautaire animé par AIDES, a remonté le cours du temps pour montrer que les critiques et attaques d’hier ont la vie dure et qu’elles servent encore à remettre en cause un système pourtant indispensable à la santé publique de tous-tes. Cet article revient sur la genèse du projet de réforme en retraçant un parcours de 10 ans jalonné de caricatures, de manipulations, d’outrances et une forme de haine des étrangers-ères.

Exclus et traumatisés : la situation des mineurs non accompagnés en France

Les jeunes personnes mineures qui arrivent en France sont les rescapés d’un voyage extrêmement violent, que des politiques de dissuasion des migrations à tout prix rendent de plus en plus dangereux. Leur détresse est exacerbée par la maltraitance et l’exclusion institutionnelle organisée qu’ils rencontrent sur le territoire français.

Accès aux soins pour les chibanis et chibanias : assez de fake news ! respectons leurs droits

La désinformation doit cesser. Les personnes retraitées résidant à l’étranger doivent voir leur droit à une prise en charge des frais de santé respecté. Et pour cela il faut des actes, pas des paroles trompeuses au service d’une communication politique cynique

L’AME POUR ME SOIGNER

La Cimade Nord Picardie édite une brochure relative à la prise en charge des frais de santé par l’aide médicale de l’Etat (AME) à destination des personnes de nationalité étrangère en situation de séjour irrégulier en France.

Délit de solidarité : le guide

Le collectif Délinquants solidaires, dans lequel La Cimade est très impliquée, publie son guide sur le délit de solidarité. Un outil pour se mobiliser en solidarité ! À diffuser sans modération.

L’expulsion au coeur des politiques migratoires européennes

La Cimade s’inquiète du projet de révision à venir de la directive européenne « Retour », qui constituerait un recul sans précédent du cadre de protection des droits fondamentaux des personnes migrantes. Un mois à peine après un renforcement de l’agence Frontex, ce projet témoigne bien de l’impasse dans laquelle se trouve l’UE pour imaginer des politiques migratoires respectueuses des droits humains.