Actualités

L’actualité des associations membres de l’ODSE.

Information à l’intention des Afghanes et Afghans en quête de protection en France

Cette page est destinée à fournir une base d’informations utiles aux Afghanes et aux Afghans qui souhaitent trouver asile en France ou permettre à leur famille de les y rejoindre.

Elle est donc conçue à destination de ces personnes mais aussi des proches et militants qui leur viennent en aide.

Projet de loi anti-immigration à Mayotte : nouvelle fuite en avant répressive et inégalitaire

Le collectif Migrants-Outre-Mer dénonce les nouvelles mesures annoncées par le ministre de l’Intérieur et le ministre des Outre-Mer au cours de leur visite à Mayotte entre le 28 et le 31 août dernier, en prévision d’un imminent projet de loi Mayotte.

Brève d’Exil : Un an d’acharnement pour une AME

Les Brèves d’exil portent témoignage des situations individuelles rencontrées par l’équipe pluridisciplinaire du Comede, dans le cadre des consultations et des permanences téléphoniques. Elles sont, à bien des égards, un indicateur de la condition des personnes exilées dans la société d’aujourd’hui.

Petit guide : Refuser la fabrique des sans-papiers

La Cimade sort le septième titre de sa collection Petit guide : Refuser la fabrique des sans-papiers éclaire les pratiques de l’administration française quant à la délivrance de titres de séjour ainsi que leurs impacts sur le quotidien des personnes étrangères.

La dématérialisation, un outil de tri inacceptable !

Au-delà des difficultés que certaines peuvent connaître, comme un accès restreint à l’outil informatique, tout semble en effet organisé depuis une dizaine d’années pour mettre les personnes étrangères à distance physique des services publics et les éloigner de leurs droits.

Mineurs Non Accompagnés : quel accès à la vaccination Covid-19 ?

Alors que l’accès à la vaccination Covid-19 s’ouvre cette semaine à tous les mineurs âgés de 12 à 17 ans, les MNA en recours, adolescents exilés en situation de précarité, continuent d’être confrontés à de nombreux obstacles pour accéder aux soins, dont les tests PCR et la vaccination.

Maux d’Exil #68 : État d’urgence pour la santé et les droits des exilé.e.s

Depuis plus d’un an, la situation sanitaire cumulée aux restrictions d’accès aux soins n’a cessé de révéler, sinon d’exacerber, les inégalités sociales de santé que subissent les personnes exilées. Pour autant, les parties prenantes engagées pour les réduire ne sont pas restées silencieuses : agence sanitaire, professionnel·le·s de santé, du social, services hospitaliers, associations… En prélude à la prochaine édition du Guide Comede « Prévention, Soin et Accompagnement des personnes migrantes vulnérables », ce numéro de Maux d’Exil s’intéresse aux initiatives menées en France pour améliorer l’accompagnement et les conditions d’accès aux soins des exilé·e·s. Qu’il s’agisse du recours à la médiation, à l’interprétariat professionnel, du développement de ressources tant à destination des professionnel·le·s que des populations exilées… les solutions existent et nourrissent l’espoir de politiques plus inclusives. Aux pouvoirs publics de s’en saisir.

La Cimade participe à la mobilisation contre un projet de loi anti-associations

Mardi 16 février dernier, les députés adoptaient le projet de loi visant à conforter le respect des principes de la République en première lecture. Depuis plus d’un mois, les acteurs du monde associatif se mobilisent et expriment leurs inquiétudes face à un texte qui concerne un ensemble de droits et libertés publiques constitutionnellement et conventionnellement garantis. La Cimade, membre de L.A. Coalition, soutien cette mobilisation.

Maux d’exil n°66, la revue du Comede

DISCRIMINATIONS DES SOINS EN NÉPHROLOGIE
En France, si l’on manque encore de données sur la prévalence des maladies rénales au sein des populations exilées, les conséquences délétères des difficultés d’accès aux soins qu’elles rencontrent sont en revanche régulièrement observées. Tandis que les traitements pour l’insuffisance rénale chronique - hémodialyses, greffes rénales - ne peuvent être différés ou irréguliers sous peine de voir l’espérance et la qualité de vie des patient·e·s diminuer drastiquement, le parcours des personnes exilées pour y accéder semble pavé d’obstacles : obligation d’aller d’hôpital en hôpital dans l’attente d’une couverture sociale, conditionnement du droit au traitement à des critères d’urgence vitale, discriminations dans l’inscription sur les listes de soin, etc. À travers ce numéro de Maux d’Exil, une réflexion est proposée sur les conséquences sanitaires, éthiques et financières de cet accès différencié et discriminatoire auquel sont confrontées de nombreuses personnes exilées récemment arrivées en France.