Maux d’exil n°66, la revue du Comede

DISCRIMINATIONS DES SOINS EN NÉPHROLOGIE
En France, si l’on manque encore de données sur la prévalence des maladies rénales au sein des populations exilées, les conséquences délétères des difficultés d’accès aux soins qu’elles rencontrent sont en revanche régulièrement observées. Tandis que les traitements pour l’insuffisance rénale chronique - hémodialyses, greffes rénales - ne peuvent être différés ou irréguliers sous peine de voir l’espérance et la qualité de vie des patient·e·s diminuer drastiquement, le parcours des personnes exilées pour y accéder semble pavé d’obstacles : obligation d’aller d’hôpital en hôpital dans l’attente d’une couverture sociale, conditionnement du droit au traitement à des critères d’urgence vitale, discriminations dans l’inscription sur les listes de soin, etc. À travers ce numéro de Maux d’Exil, une réflexion est proposée sur les conséquences sanitaires, éthiques et financières de cet accès différencié et discriminatoire auquel sont confrontées de nombreuses personnes exilées récemment arrivées en France.